Votre panier est vide
 
Découvrez le Bourbonnais

 

Le Bourbonnais, douce province au cœur de France, qui de Nevers à Aigueperse et de Noirlac à Bourbon-Lancy, est cette terre qui donna dés le Xe siècle un nom à à la famille qui devint en huit siècles de ténacité (et de bonnes alliances) l’illustre Maison de Bourbon.
De cette famille sont issus huit rois à la France, de Henri IV à Louis-Philippe, Viguerie puis Baronnie, enfin brillant Duché, le Bourbonnais gouverna l’Auvergne, la Marche, la principauté des Dombes, etc.
Enfin Douaire endormi aux XVIIe et XVIIIe siècles, cette province devint une sénéchaussée étendue.
À la Révolution, sa partie la plus considérable est devenue l’un des 101 départements français actuels sous le nom de département de l’Allier. Une part non négligeable du Bourbonnais (environ 1/3 de sa surface) se trouve sous l’administration des départements du Cher, de la Nièvre, de la Creuse et de la Saône-et-Loire.
C’est ce prestigieux passé… et ses traces, que le temps et surtout les hommes nous ont laissés, qui donnent à l’Allier son étonnante et incomparable qualité de vie, autant que la vitalité des ses lettres en constante production.

Le département de l’Allier, essentiellement rural, est voué au chiffre 3, ainsi :
• il comprend trois villes moyennes :
Montluçon (l’industrielle),
Moulins (le chef-lieu),
Vichy (la ville jardin).
• il est arrosé par trois fleuves :
à l’Ouest, le Cher ;
en son milieu, l’Allier et son affluent la Sioule ;
à l’Est, la Loire et son affluent la Besbre.
• il s’enorgueillit de trois villes Thermales :
Bourbon-l’Archambault,
Néris-les-Bains,
Vichy.

La diversité de son relief est tel qu’une rapide présentation est nécessaire.
Tout d’abord, le Bocage bourbonnais couvre la plus grande partie ouest (englobant la célèbre Forêt de Tronçais) et centrale du département,
suivi de la Sologne bourbonnaise pour la partie est nord-est,
la Montagne bourbonnaise (proche de Vichy) qui est le toit du bourbonnais avec le Montoncel – qui culmine à 1 292 m –,
enfin le sud de la province, la Limagne bourbonnaise qui s’étend de Varennes à Gannat en est le grenier.
Chacune de ces régions présente une architecture d’habitat spécifique, quand l’invasion des « tuiles mécaniques » leur en laisse la place.
Enfin, le hasard alphabétique lui a donné le chiffre 03 pour sa classification administrative.
Les hommes de lettres et les artistes abondent en Bourbonnais,
autant que les châteaux, les musées et lieux de plaisance.
Cultures et pâturages alternent avec vignoble et montagne.
Riche région d’élevage, les bœufs blancs du bourbonnais (de race charolaise) sont notre fierté.
Depuis quelques décennies, l’élevage ovin se distingue en quantité et qualité.
Les volailles sont réputées ; nous bénéficions (avec la Bresse voisine) d’une appellation d’origine avec le Poulet Bourbonnais, régal des gastronomes, la Dinde de Jaligny bénéficie avec le lapin du Bourbonnais d’une heureuse réputation.
Nous produisons également des fromages recherchés ; les fruits et gourmandises sucrées abondent.
La cuisine bourbonnaise est évidemment très riche.
Les chasseurs bénéficient des qualités décrites depuis le XVe siècle (canis bourbonensis) du braque du Bourbonnais.
Hélas ! nos agriculteurs (mécanisation obligeant) ont laissé se perdre la race du cheval de trait du Bourbonnais.

Jean-Pierre Petit


le dire à un ami