Votre panier est vide
 
Dr Georges Rigondet

La clinique de Saint-François de Montluçon ou la saga des Rigondet 1932-2007

22,00 € T.T.C

Envoyer cet article à un ami 





Le Docteur Georges Rigondet, urologue de renom, retrace l’histoire de la clinique Saint-François d’Assise qui, depuis plus de 80 ans, à Montluçon comme à sa périphé-
rie est surtout connue sous le nom de « Clinique Rigondet ». Créé par le docteur Henry Rigondet, son père, en 1932, c’était un petit établissement de 21 lits géré par sept religieuses de l’ordre de Saint-François dont la maison mère était à Alès assistées de quelques civils. L’établissement prend son essor en 1958 avec l’arrivée du docteur Georges Rigondet assisté de René Godet, son beau-père, puis de Bernard Godet, son beau-frère, pour la gestion. La clinique se modernise et
pendant dix ans augmente ses capacités et développe la maternité. L’arrivée de jeunes praticiens performants et la construction de nouveaux bâtiments donnent à l’établissement un nouvel élan. En 1974, une entente
avec le docteur Henri Dessus permet la fusion de sa clinique Saint-Antoine avec Saint-François sous le nom de Polyclinique.
Succédant à Bernard Godet, Jean Rigondet, fils de Georges Rigondet, par sa gestion ri- goureuse, son énergie et son esprit entreprenant, augmente le nombre de lits et construit un nou- veau bloc opératoire. L’adjonction d’un centre de consultation, d’un centre d’imagerie médicale et du centre anticancéreux Joseph Bélot renforce encore plus l’attraction de la polyclinique. Sur un même site, tous les autres établissements de santé privés de la ville sont regroupés. En 2007, au moment de sa session au groupe Vitalia, la polyclinique est devenue un véritable centre hospitalier privé de 294 lits dans lequel travaillent, praticiens compris, plus de 450 personnes.
« Quel chemin parcouru ! »
Cet ouvrage, truffé de nombreuses anecdotes pittoresques, décrit cette évolution et tente de faire revivre l’ambiance familiale qui a toujours privilégié : le respect, la convivialité, la confiance et l’amitié entre les médecins, le personnel soignant, administratif, d’intendance et d’entretien, les patients et leur famille.
Au fait des derniers progrès de la médecine et de la technique, avec un matériel de pointe, la polyclinique a toujours voulu apporter les meilleurs soins, ce qui a justifié son renom.



Ouvrage du même auteur :

Article du même auteur :
  • CB 211 : Glozel, époques celtiques, gallo-romaine et Moyen Age [ Cahier Central ]
  • CB 190 : Puyravel : les fouilles du souterrain annulaire [ Cahier Central ]