Votre panier est vide
 
Jean-Claude Renon

Hérisson

26,00 € T.T.C

Envoyer cet article à un ami 





Né à Hérisson en 1933, l'auteur de ce livre y a passé son enfance auprès de ses grands-parents, et il est toujours resté profondément attaché à ce coin de terre chargé d'histoire. Après une scolarité secondaire à Lyon où résidaient ses parents, il entreprit dans cette grande ville universitaire des études supérieures de lettres classiques et d'histoire.
Devenu professeur, il enseigna tour à tour ou conjointement le français et le latin, l'histoire et la géographie dans différents lycées de France ou d'Outre-Mer, alternant ces activités de pédagogue avec des fonctions de chef d'établissement qui l'amenèrent quelques années avant sa retraite à la direction du centre médico-pédagogique de la Nièvre, clôturant une carrière assez atypique. Commandeur des Palmes académiques en 1988, il se retira quelques années plus tard à l'ombre du clocher de sa ville natale.
C'est à l'été 2007 qu'il entreprend l'écriture du présent ouvrage qui, sans prétention érudite, évoque à grands traits ou de façon plus détaillée, en fonction de l'indigence ou de l'abondance des sources, mais aussi de l'intérêt plus ou moins grand de tel ou tel épisode, plus de vingt siècles d'Histoire, depuis le temps lointain des Bituriges (chapitre I) jusqu'à la Libération et aux débuts de la IVe République (chapitre XV), en passant par la naissance du château et de la ville d'Hérisson, les « visites royales » de 1437 et 1465, les XVIe et XVIIe siècles non dépourvus d'événements dramatiques, les périodes prérévolutionnaire et révolutionnaire avec leurs grands chambardements, le Consulat et le Premier Empire, la Restauration et la Monarchie de Juillet, la Seconde République et le Second Empire, la Troisième République et la Grande Guerre, 39-40 et l'Occupation ; de telle sorte que l'histoire d'Hérisson se trouve située dans un ensemble toujours plus vaste, de la sirerie au duché de Bourbonnais, de celui-ci au royaume de France et enfin avec la Révolution, l'Empire et les régimes suivants, dans un contexte national et européen...
Siège d'une viguerie et d'un important archiprêtré probablement dès la construction d'un « premier château » vers le début du Xle siècle, Hérisson, dotée bientôt d'un important collège de chanoines, devient, deux siècles plus tard, le chef d'une châtellenie très étendue comptant une cinquantaine de paroisses, que protègent une déjà imposante forteresse, le « deuxième château », et des murailles flanquées de tours nombreuses, l'ensemble étant digne d'un lieu de pouvoir ayant à sa tête un capitaine-châtelain choisi par le duc de Bourbonnais, maître des lieux.
À la fin du XIVe siècle, le duc Louis Il entreprend des travaux gigantesques d'aménagement, d'agrandissement et de consolidation de la forteresse : c'est le « troisième château » dont les ruines altières témoignent aujourd'hui encore de la puissance passée. Et si Hérisson, après la Fronde, cesse d'être une vraie place-forte, elle restera jusqu'à la Révolution chef d'une des dix-sept châtellenies du Bourbonnais.
Encore bien vivante au XIXe siècle, la petite ville, loin des grandes voies de communication et dépourvue de chemin de fer, connaîtra dans les cent dernières années un déclin que ne pourront que ralentir les réalisations de maires entreprenants et énergiques.
Reste aujourd'hui une petite ville aux nombreuses maisons anciennes, blottie à l'ombre des ruines superbes de son château fièrement dressé sur le ciel du Bourbonnais.
Photographies récentes et cartes postales anciennes témoignent de la beauté d'un site incomparable, unique dans notre province...